Gouvernorat de Mohéli : Mohamed Ali Said viré de la course

La Cour constitutionnelle a invalidé, samedi, la candidature de Mohamed Ali Said, gouverneur sortant de l’île de Mohéli, au motif que celui-ci ne peut pas, selon la constitution, briguer un troisième mandat.

Elu pour la première fois en 2007 en tant que président de l’île, Mohamed Ali Said a été réélu en 2010 lors des élections anticipées issues de la réforme constitutionnelle de 2009 qui limite à deux les mandats des gouverneurs des îles. Jusqu’ici, Mohamed Ali Said se considérait comme éligible dans la mesure où son premier mandat était écourté par la réforme de 2009. Mais la haute juridiction en a décidé autrement se basant sur l’article 7-2 de la constitution de 2001 révisée en 2009 : « Le Gouverneur est élu au suffrage universel direct majoritaire à deux tours, pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois ».

Mais selon une source mohélienne, Mohamed Ali Said s’était préparé à cette éventualité et a déjà mis en place son plan B : le candidat Bianrifi Tarmidhi. Il reste à savoir si celui-ci pourra contrecarrer la machine UPDC qui oeuvre depuis plusieurs mois pour mettre madame Ikililou à la place de Mohamed Ali Said.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *