Les candidats se soumettent à l’arrêt de la Cour constitutionnelle

Si l’annonce d’une élection partielle à Anjouan par la Cour constitutionnelle a surpris plus d’un parmi  les militants des partis politiques concernés, notamment CRC et Juwa, les candidats eux-mêmes se sont montrés très raisonnables. Ils ont pris tous acte de la décision de la Cour et se préparent pour ce troisième round.

Provisoirement élu selon les résultats de la CENI proclamés le 15 avril, le colonel Azali Assoumani s’est exprimé devant la presse  pour dire qu’il se soumettait à la décision de la Cour constitutionnelle. « La cour veut des partielles à Anjouan. J’appelle à tous nos militants et sympathisants de garder leur sang-froid parce que, on est les victorieux », a déclaré le candidat CRC soutenu par le président du parti Juwa. « On les a battus et on va les battre encore et je suis confiant » a ajouté l’ancien chef de l’Etat.

Pour son allié à Anjouan, Abdou Salami Abdou, qui doit également subir l’exercice en tant que candidat au gouvernorat, « le gouvernement a fait son choix, il veut que les Comoriens entrent dans une crise. Ce n’est pas notre choix ». Il appelle seulement à la vigilance et le calme. « Nous n’avons pas peur de ces partielles, car nous restons toujours les favoris.

Même ton pour le directeur de campagne de la CRC, M. Chayhane. « On demande à l’Etat de faire en sorte qu’il y ait une bonne sécurité dans les 13 bureaux soi-disant saccagés et que les acteurs électoraux prennent leurs responsabilités, sinon de les remplacer par d’autres pour ne pas répéter les mêmes bêtises».

De leur côté, les candidats Mohamed Ali Soilihi et Mouigni Baraka Said Soilihi, ils se sont réjouis dans un communiqué commun de la décision de la Cour « de procéder à la tenue d’une partielle dans les 13 régions d’Anjouan, victimes des violences ayant abouti à la privation d’une partie de la population de son droit de vote ». Ils ont appelé les électeurs à unir leurs forces pour barrer la route à l’aventure et donner la chance à notre pays de continuer dans la paix et la concorde, la marche vers le développement économique et social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *