Conflit intra commune : Mbelizi terrorise la population de Mbdoudé Nyumamro Kiblani

« Vous pouvez ne pas m’aimer, mais je suis vôtre chef et vous êtes sous mon autorité jusqu’à 2020. Que vous voulez ou non ». Déclare-t- il Mbelizi devant les conseillers municipaux, les cadres et la notabilité de la région Mboude Nyumamdro kiblani.

Reconnu comme le « village de la Paix » Mandza continue d’accueillir les grandes assises de la région et assume le rôle du médiateur des différents conflits.

Après plusieurs rencontres des jeunes cadres et des notables avec certains conseillers municipaux, pour trouver de solution sur les différents conflits de la commune, Une grande réunion a été organisée hier dimanche 3 septembre 2017 au foyer de l’ASMUJEME de Mandza. Cette assise a été marquée par la présence d’au moins 4 notables par localités de huit villages qui constituent la commune, une vingtaine des conseillers municipaux et plus de 30 jeunes cadres.

Présidé par l’inspecteur ALI YOUSSOUF « DIALLO », la réunion avait comme ordre du jour « Résoudre le conflit entre le Maire Mbelizi et ses conseillers. » « Arranger le problème d’embargo des signatures des extraits de naissance imposé par le Maire au village de Mandza, Douniani, Helendje, Chamle et une grande partie de Djomani.

Plusieurs notables et cadres ont montré leurs mécontentements et leurs déceptions vis à vis de la gestion catastrophique de la commune. Ils refusent de payer l’argent avant de voir un plan d’action. « Nous construisons nos routes, nos écoles, nos foyers, nos mosquées, etc sans l’aide ni de la mairie ni de l’État. A quoi sert d’envoyer l’argent de nos mariages à la mairie ? » Se demande le Notable ISSOUFA ALI (LAVA) qui rajoute «  Mandza vas envoyer leurs argent une fois que nous serons informer des projets de la mairie ». Pour le village de Helendje qui est dans le même embargo que Mandza. « Nous ne pouvons pas envoyer notre argent dans un institution instable. Il faut que le conflit du Maire et ses adjoints soit résolu. Nous n’avons pas confiance » a déclaré Papa François.

Au nom des jeunes cadres de la région Saïd Youssouf (Gérant du Meck Ive) pense qu’il est temps de trouver une solution sur ce conflit qui déstabilise la mairie depuis son installation  depuis 2015. Pour lui comme pour la plupart des jeunes cadres et conseillers municipaux  « Mbelizi n’est pas en mesure de diriger notre mairie. Depuis son élection, il n’arrive pas à réunir ses conseillers au contraire il les pousse à la porte pour rester seul au pouvoir. »

Déboussolé par les différents déclarations plus particulièrement l’intervention du premier adjoint maire, chargé des finances ALI AHAMADA, qui l’accuse « d’abus de pouvoir, de vouloir décider de tout sans l’avis ni de son bureau ni du conseil municipal », le Maire Mbelizi très agité a mis l’huile sur le feu.
« C’est une réunion désordonnée. Je suis là pour parler du problème de l’embargo des quatre villages qui refusent de payer les « impôts » des grands mariages et que par conséquent j’ai refusé de signer les documents des habitants de ses localités. » Il a par ailleurs mis en garde les jeunes cadres qu’ils ne contribuent rien pour l’évolution de la région au contraire il déstabilise et cherche à lui renversé. «  C’est pas la première fois qu’on essaie de me destituer, je résiste toujours. »

Mbelizi a aussi pointé le doigt à la notabilité. « Vous me fait de la honte, chers frères notables, vous écouter ce que ses jeunes disent et vous ignorer que je suis non seulement le Maire mais aussi un Grand notable. Je peux laisser la fonction du Maire, mais je serais toujours avec vous comme notable. »

Et de terminer en défiant tous le monde. « Je dois vous dire chers citoyens que je suis élu Maire pour un mandat de 5 ans. Ainsi celui qui cherche ma place doit y aller cultiver jusqu’à 2020 ».

Par conclusion, et suite aux propos de Mbelizi, la notabilité de la région par la voix du Notable ISMAIL ALI de Helendje décide de ne pas envoyer de l’argent à la mairie. « Nous avons entendu et nous vous affirmons que nos huit villages ne verseront plus de l’argent dans votre compte. Vas rester dans ton bureau et fais ce que tu veux, nous allons rester dans nos villages. » conclu-t-il avec un ton ferme.

Pour Chamsoudine Said Mhadji, l’un des jeunes cadres, qui cherchent la solution de ce conflit le problème est loin d’être résolue. « C’est notre 4ième réunion, malheureusement, nous n’avons pas encore trouvé de solution. Maintenant nous allons impliqués nos autorités à savoir le Député, Le Conseiller et le Préfet de la Région. Nous n’arrêterons jamais avant de trouver le remède de cette maladie ».

Les autorités insulaires et centrales sont tous au courant des agissements de ce dictateur corrompus mais ils attendent un génocide pour jouer les pompiers pyromanes. Djomani vie une instabilité chronique et la région se trouve prise en otage par un seul homme. Désormais Mboudé Nyumamro Kiblani les gens ne peuvent plus avoir des papiers administratifs à moins qu’ils se prosternent à genoux devant Mbelizi. Voila l’émergence mon président !

Nyumamro Kiblani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *